Punaises de lit

Les punaises de lit ont envahi des chambres universitaires de Montpellier

Un étudiant affirme : « Parfois, je dors dans le couloir, je circule toute la nuit »…

  • À Montpellier, plusieurs chambres d’étudiants sont infestées de punaises de lit.
  • Selon le Crous, 30 cas ont été signalé depuis la rentrée.
  • Selon le Scum, un diagnostic complet sur toutes les chambres doit être de mise.

Les punaises de lit ont décidément choisi les cités universitaires de Montpellier comme cibles. Elles s’installent sournoisement dans les fentes de planchers et sous les matelas. Il faut noter que les piqûres de ces nuisibles peuvent entraîner des démangeaisons des plus insupportables.

Certains des logements gérés par le Crous de la ville sont infestés de ces petites bêtes visibles à l’œil. L’alerte a été émise par le Scum ou le Syndicat de combat universitaire de Montpellier le 03 octobre dernier. Devant le micro des journalistes, un étudiant vivant dans une des cités universitaires de Montpellier a confirmé qu’il souffre de ce fléau depuis plus d’une vingtaine de jours.

Le syndicat a alors décidé de lancer une pétition à la direction du Crous de prendre vite les mesures nécessaires pour pallier à ce problème sanitaire. Le Scum a invité les étudiants à signer la pétition à travers son compte Twitter.

L’étudiant interrogé affirme dormir dans le couloir

Le jeune étudiant poursuit ses explications en affirmant avoir averti l’administration à plusieurs reprises. Mais puisque les réponses tardaient à venir, il a décidé d’employer ses propres moyens pour acheter des produits anti-punaises de lit dans le but de « minimiser les dégâts », selon ses dires. « Parfois, je dors dans le couloir, je circule toute la nuit », dit-il tout en insistant sur le fait qu’il a toujours payé son loyer en temps et en heure.

Par ailleurs, le Crous de Montpellier est conscient du phénomène mais préfère relativiser. Le centre annonce que seulement 30 cas ont été signalés alors que les cités U comptent au total 10 500 logements. Toujours selon le Crous, les colonies de punaises de lit ont été exterminées dans 80 % des cas après l’intervention d’une société spécialisée. Le centre rassure les étudiants en garantissant la mise en place d’un protocole « draconien » afin de traiter les zones concernées.

Sur son compte Twitter, le Crous de Montpellier a tenu prouver sa mobilisation autour de ce problème d’invasion de punaise de lit dans des chambres universitaires.

Le Scum : un diagnostic du parc de 10 500 logements est nécessaire

Si après l’intervention du professionnel, il est constaté, de nouveau, la présence de punaises, l’étudiant sera relogé le temps d’une intervention plus poussée sur son logement. Le Crous, si nécessaire, peut prendre en charge certains frais engagés, des frais de nettoyage de vêtements ou des frais médicaux non remboursés.

C’est loin d’être satisfaisant selon les représentants du Scum qui se sont entretenu avec le Crous le 5 octobre. Ils incitent les étudiants à ne pas s’arrêter de se mobiliser pour que le Crous finisse par mettre en place un diagnostic plus poussé de l’ensemble du parc, et aussi de procéder à une désinsectisation de chaque bâtiment. Toujours d’après le syndicat, c’est la seule solution pour venir à bout de ce problème. De leur côté, les services de l’administration des cités U assurent qu’ils feront une campagne d’information à l’attention des locataires et que les matelas classiques seront remplacés par des matelas sous housse polyuréthane

Pour voir la pétition mise en ligne par le Scum, c’est par ici.

 

Donnez votre avis