Dératisation

L’essentiel à savoir sur la campagne de dératisation dans les parcs de Vichy

La ville de Paris peine encore à se débarrasser des rats. Cependant, dans les autres régions, les responsables ont tout de suite décidé de prendre les devants. Dans le cas de Vichy, quelques signalements reçus, concernant la présence des rongeurs autour du bassin du parc Kennedy, ont suffi pour que les agents du service hygiène et salubrité de la ville décident de mettre en place une campagne de dératisation préventive.

Le site a été inaccessible au public depuis le lundi 1er octobre. Des barrières ont été installées autour du plan d’eau. Les boîtes noires contenant les raticides ont ensuite été placées sur les lieux. Les agents de la municipalité viennent fréquemment les relevées pour s’assurer que le dispositif demeure opérationnel. Bien sûr, de nombreux Vichyssois et touristes ont été surpris par la décision des responsables. Certains se méfient aussi des produits utilisés. Voici quelques points d’éclaircissement.

Pourquoi cette dératisation inhabituelle par les biocides ?

La forte présence des rats dans les parcs et aires de pique-nique peut s’expliquer d’une manière assez simple. Les déchets de nourritures jetés et les restes d’aliments lors du nourrissage des pigeons et autres animaux domestiques ont transformé ces sites en de véritables garde-mangers pour les rongeurs.

Les nuisibles ayant l’habitude d’y trouver de quoi manger, les responsables ont donc opté pour des biocides qui vont tuer les nuisibles lorsqu’ils viennent les grignoter. Les poisons ont été placés dans des boîtes hermétiques spécialement conçues pour que seuls les rats puissent pénétrer à l’intérieur. Cette solution est beaucoup plus efficace que les substances raticides classiques dans la mesure où elle ne pousse pas les rats à changer leurs habitudes et à se méfier des friandises qu’ils trouvent. Par ailleurs, les risques que les cadavres de Rattus norvegicus viennent s’entasser sur les lieux sont très peu. En effet, selon les agents du service hygiène et salubrité de la ville de Vichy, les rats ont pour habitude de rejoindre leur tanière quand ils se sentent mourir.

Pour mesurer l’efficacité de la campagne de dératisation, les spécialistes se basent sur l’état des biocides. Les boîtes contenant des poisons qui ont déjà été grignotés sont remplacées quotidiennement. Mais dès que l’on peut observer que les produits sont intacts plusieurs jours d’affilée, on peut en conclure qu’on a écarté tout éventuel cas d’invasion. Dans le cas particulier du bassin du parc Kennedy, les responsables ont remarqué que les biocides n’ont pas été touchés. Pour eux, cela signifie que la menace a été écartée et que le site pourrait prochainement être de nouveau accessible au public. Quoi qu’il en soit, il n’est pas à exclure que des campagnes de dératisation puissent être mises en place dans d’autres zones.

Une campagne qui vient renforcer les dispositifs habituels

Les campagnes de dératisation sont assez fréquentes à Vichy depuis que les autorités ont été informées des cas d’infestation dans les régions environnantes. Toutefois, il faut rappeler que la ville a toujours bénéficié d’une période de dératisation annuelle même avant cela. Les raticides sont alors généralement déposés dans les canalisations d’eaux usées de la ville. L’utilisation des biocides dans les parcs peut être considérée comme une mesure préventive qui vient renforcer les dispositifs classiques. Le fait est qu’il est important de pouvoir anticiper la propagation des rongeurs et d’éviter une forte prolifération comme dans le cas de Paris. Les agents de la municipalité préfèrent agir en amont et réguler la croissance de la population de rats plutôt que de se voir dépasser par les évènements.

Outre cette décision de mener une campagne de dératisation inhabituelle dans les parcs de Vichy, les responsables tiennent aussi à limiter les incivilités. Pour le moment, ils ont opté pour des explications qui devraient encourager la prise de conscience (alors qu’à Paris, la mairie a déjà décidé de verbaliser toute incivilité observée). Les autorités tiennent à rappeler le dangereux impact des restes d’aliments jetés et le nourrissage des animaux dans les parcs. Les Vichyssois doivent comprendre qu’ils ont leur rôle à jouer dans cette lutte.

En plus d’encourager les habitants à signaler à la mairie toutes présences de rongeurs, le service hygiène et salubrité recommandent la vigilance en ce qui concerne les détritus laissés dans certaines régions. La présence des rats n’est pas encore une situation très alarmante à Vichy. Cependant, les bonnes pratiques doivent être adoptées si on veut éviter que la ville se retrouve dans la même situation que certaines communes où les nuisibles pullulent sous les yeux des touristes au point de ternir l’image de ces localités urbaines.

Les raticides ne présentent aucun risque pour les animaux domestiques

Des cas de décès d’animaux domestiques dans les parcs vichyssois ont été enregistrés l’année dernière. Selon certaines sources, les chiens auraient été victimes d’empoisonnement. Cependant, les responsables de la ville tiennent à affirmer que les biocides utilisés ne devraient en aucun cas présenter un éventuel danger pour les animaux qui vivent ou qui passent sur les lieux.

Les boîtes à poison étant conçues spécifiquement pour les rongeurs, aucun autre animal ne devrait pouvoir accéder à l’intérieur. Par ailleurs, les boîtes noires ne peuvent être ouvertes qu’à l’aide d’une clé spéciale que les agents de la mairie sont les seuls disposés à utiliser. Mais même si les dispositifs sont sécurisés pour éviter tout accès aux raticides, les autorités recommandent à ce que tous les animaux domestiques soient tenus en laisse dans les espaces de pique-niques et les parcs.

Donnez votre avis